Rafael Nadal : «C'est la vie»

Le  | Commentaires
Rafael Nadal a reconnu la supériorité de Novak Djokovic, mercredi, après sa défaite en quarts de finale contre le Serbe, en trois sets (7-5, 6-3, 6-1). Il pense déjà à l'avenir et espère saisir sa chance lors de la prochaine édition du tournoi.
 
 
 
 
 
Rafael Nadal a concédé sa deuxième défaite à Roland-Garros en carrière, ce mercredi, face à Novak Djokovic. (Reuters)

Rafael Nadal a concédé sa deuxième défaite à Roland-Garros en carrière, ce mercredi, face à Novak Djokovic. (Reuters)

«Vous débutez très mal le match, puis vous revenez à 4-4 avant de perdre la manche (7-5). Ce premier set a-t-il été la clé du match?
Bien sûr que c'était la clé. Mais vous savez, quand vous perdez de la façon dont j'ai perdu, j'ai envie de dire "c'est la vie" (en français dans le texte,ndlr). J'ai eu mes moments, mais, en général, Novak a contrôlé le match. Il a été meilleur que moi. C'est tout. Quand votre adversaire joue mieux  et est dans une meilleure forme que vous, ça peut arriver. Et c'est arrivé. Si on regarde les points, le score, je n'ai pas réussi à gagner beaucoup de jeux. Il a mieux joué que moi. Il faut l'accepter et le féliciter. Et, après, il faut essayer d'analyser le pourquoi, et par la suite, travailler très dur. Voilà ce que je pense qu'il faut faire maintenant.

Ce matin, vous étiez en forme ou vous doutiez déjà?
J'ai douté de moi à chaque Roland-Garros. Depuis 11 ans, j'ai gagné neuf fois le tournoi et je n'ai perdu que deux matches. Il y a des jours où tout se met en place et des jours où ça ne passe pas contre un adversaire qui gagne quasiment tous ses matches comme Novak en ce moment. Si vous n'êtes pas régulier durant tout le match, à ce moment-là, il est possible que ce genre d'issue arrive. Je ne suis pas content de mon premier set, bien sûr. Le deuxième, oui. J'étais présent, j'ai été breaké, c'est comme ça. Bonne bataille dans le premier, bonne bataille dans le deuxième, et dans le troisième, je ne suis pas content de ce que j'ai fait, de ce que j'ai essayé.
 
«J'ai perdu en 2009, en 2015, j'ai perdu aussi, voilà ! J'espère revenir l'année prochaine et saisir ma chance»
 
C'est seulement la deuxième fois que vous perdez ici. Arriverez-vous à gérer cette défaite?
Elle n'est pas très surprenante, non? Je n'ai peut-être pas assez gagné de matches cette saison avant Roland Garros... Ça pouvait arriver! Regardez le tableau... Quarts de finale contre Novak, il est évident que c'est un match difficile très tôt dans le tournoi. J'ai bien joué, j'ai retrouvé mon niveau de jeu le mois dernier, mais ça n’a pas été suffisant gagner contre lui. Je vais continuer à me battre. J'ai perdu en 2009, en 2015, j'ai perdu aussi, voilà ! J'espère revenir l'année prochaine et saisir ma chance.

Novak Djokovic a mis fin à votre invincibilité ici. Vous auriez préféré que ce soit un autre adversaire?
Comme je l’ai dit tous les ans, lorsque j'ai gagné ici, la seule chose qui m'a rendu heureux, c'est de soulever ce trophée. Peu importe l’adversaire. C'est une victoire, c'est un titre que l'on gagne. Aujourd'hui, j'ai perdu en quarts de finale à Roland-Garros, c'est vrai, j'ai perdu contre le meilleur joueur du monde. Mais c'est tout. J'ai perdu en quarts de finale, c'est ce que je retiendrai.
 
 
 
 
 
Que pensez-vous de son niveau par rapport aux autres joueurs?
Je crois que c'est sûrement le meilleur moment de sa carrière. Il a encore deux matches à jouer, mais ces matches lui permettront d'augmenter sa confiance, y compris celui que nous venons de jouer. Il a beaucoup de possibilités de gagner le tournoi cette année.

Vous allez maintenant jouer sur herbe. Comment allez-vous faire pour améliorer vos résultats sur cette surface?
Je ne pense pas avoir mal joué sur gazon. J'ai failli atteindre les quarts de finale à Wimbledon, j’ai perdu un match que j'aurais pu gagner. Voilà. C'est à peu près tout. Je suis prêt pour Stuttgart, puis le Queen’s et Wimbledon, sans doute.»

 

 

 

Retour à l'accueil